La culture à Bilbao


Informations de base

Bilbao est la capitale de la province de Vizcaya et a une population de 350.000 habitants avec un PIB par habitant de 35.865 euros en 2012. La région métropolitaine du Grand Bilbao, avec 1 million d’habitants, abrite la moitié de la population et de l’activité économique du Pays Basque, ce qui la place parmi les régions européennes les plus compétitives, innovantes et productives (PIB par habitant supérieur de 30% à la moyenne communautaire). Jusqu’aux années 1980, Bilbao était une ville industrielle, basée sur l’économie sidérurgique et la construction navale. Cependant, la grave crise économique et la restructuration industrielle ont forcé la ville à se réinventer.
Face à cette situation difficile, plusieurs institutions publiques et privées ont conçu un processus de revitalisation globale qui a conduit à la « révolution urbaine ». La culture a initié la transformation de Bilbao, avec le Musée Guggenheim comme projet emblématique, témoin de son développement et de son rayonnement dans le monde entier. Depuis les années 1980, Bilbao est une ville industrielle en crise, incapable de concurrencer mondialement les autres villes ou d’attirer de nouveaux investissements. Lorsque les premiers pays industrialisés d’Asie et d’Asie du Sud-Est sont apparus dans l’économie mondiale avec des prix plus compétitifs, pour des produits à faible valeur ajoutée mais nécessitant des ressources humaines importantes, l’industrie basque traditionnelle n’a pas pu faire face à la concurrence et a commencé à connaître un déclin économique qui s’est traduit par la fermeture continue des entreprises et entreprises. Il était nécessaire de régénérer la ville sur le plan socio-économique, en l’adaptant aux nouvelles demandes locales et mondiales. La Mairie de Bilbao a pris un engagement institutionnel (avec le Gouvernement Basque et le Conseil Provincial de Vizcaya) pour convertir la base de spécialisation productive de Bilbao en nouveaux secteurs économiques en réponse à la crise. Dans les années 80 et 90, le développement global de la ville a inclus la politique culturelle comme instrument fondamental pour la régénération et la transformation urbaine de Bilbao, avec la planification urbaine et la durabilité. Peu avant que la crise économique n’atteigne son apogée (1992 et 1993), il a été décidé de créer un grand espace culturel qui jouerait un rôle proactif pour faire de Bilbao à nouveau une ville compétitive par la culture : le Musée Guggenheim, inauguré en 1997. Au cours des 15 dernières années, la politique de développement de Bilbao s’est basée sur de nouvelles activités telles que les services, les loisirs, la culture et le tourisme.

Culture

Les politiques des années 1990 ont cherché à créer les conditions nécessaires pour transformer Bilbao en la ville de services qu’elle est aujourd’hui (67% de l’activité économique correspond au secteur des services et 24% au secteur industriel). A cette fin, la stratégie adoptée a consisté en des investissements importants dans les infrastructures et les équipements culturels, afin de tirer parti des opportunités urbaines générées par le démantèlement de l’industrie et la réforme des infrastructures portuaires et ferroviaires, qui ont libéré une grande surface dans le centre-ville. Dans la zone d’Abandoibarra, il a été décidé d’installer le Palais des Congrès et de la Musique Euskalduna et le Musée Guggenheim Bilbao, véritable moteur de la régénération urbaine et sociale, et la municipalité a adhéré à l’Agenda 21 de la culture avec l’accord du chef du gouvernement en mars 2005. Cependant, Bilbao disposait déjà d’une politique culturelle alignée sur les principes et les engagements de l’Agenda qui lui a été présenté, la culture, qui est l’épine dorsale du plan du gouvernement. Il s’agit d’un élément clé du Plan de la Mairie de Bilbao 2011-2015, auquel environ 10% du budget municipal est alloué, dans le but de promouvoir la programmation, de consolider le réseau d’équipements, de développer les événements culturels et de promouvoir la création et la formation artistiques en collaboration avec le secteur créatif, afin de faire de toute cette activité artistique un élément générateur de richesse :

Bilbao, un centre d’activités culturelles :

(1) Renforcement du réseau des musées, (2) Infrastructure culturelle, (3) Consolidation du réseau des bibliothèques, (4) Promotion de la programmation culturelle, (5) Culture dans les quartiers, (6) Diversité.

Bilbao, centre de création culturelle :

(1) Promouvoir la création artistique et la formation des artistes, (2) Collaborer avec les secteurs artistiques de La Ville.

Bilbao, capitale des loisirs et des événements :

(1) Manifestations culturelles et de loisirs, (2) Consolidation d’équipements et d’événements de qualité, (3) Participation L’art et la culture représentent également l’un des domaines et secteurs prioritaires définis par la Stratégie pour l’innovation et la spécialisation intelligente – iBilbao (2014). Au niveau opérationnel, la municipalité de Bilbao dispose depuis quelque temps déjà de divers programmes publics pour soutenir le secteur culturel et les industries créatives, comme le Bcreative ! (2011-2013), à travers laquelle Bilbao parie sur un avenir lié au développement de l’économie créative en tant que secteur capable de créer des emplois et de la richesse, en promouvant le talent, les valeurs, la créativité et l’entrepreneuriat. Ce secteur est conçu comme un modèle d’opportunité lié à l’environnement urbain de la ville. Elle représente plus de 6% du tissu économique et environ 5% de l’emploi à Bilbao. Le Plan de développement de l’économie créative contribue au développement de ce secteur en encourageant les capacités créatives des entreprises de la ville. Tous ces efforts de la municipalité font de la Culture le moteur économique et social de Bilbao.

Culture et économie

Bilbao a considéré la taille économique du secteur culturel comme un facteur de création de risque et de développement économique, à travers sa mise en œuvre comme un élément essentiel de la Stratégie de la ville. Prueba de ello est l’une des plus importantes esfuerzos réalisées avec des fonds publics (10%/año del presupuesto municipal). También reconnaît la position stratégique papale des industries culturelles, par sa contribution au développement socio-économique local et par la mise en œuvre de programmes tels que « Bcreative ». Otro elemento clave del vínculo entre cultura y economía es la creación de los grandes centros culturales de la ciudad : cultura, desarrollo sostenible y territorio – Una política cultural equilibrada no puede basarse únicamente en grandes instalaciones o especectáculos. La culture est accessible à tous les édits, barrios et becas : más de 1.000 pequeñas y medianas actividades gratuitas en los 33 distritos de Bilbao, llegando a más de 70.000 personas. Bilbao trabaja con más de 50 asociaciones cívicas culturales, organiza grupos de debate sobre programación en cada distrito e instala instalaciones municipales a disposición del distrito para acoger y fomentar las iniciativas culturales de asociaciones y grupos de vecinos. El Plan de Implementación 2011-2015 integra el enfoque de derechos humanos respetando la Carta Europea de los Derechos Humanos en la Ciudad y la Carta Mundial de los Derechos Humanos en la Ciudad, donde los derechos culturales incluyen el derecho a disfrutar de la cultura en sus diferentes formas y expresiones.cultura, inclusión social y diversidad – 8,5% de la población es extranjera. Por ello, el Programa de Inmigración y el Consejo Local de Inmigración, herramientas clave de gestión municipale de l’immigration et de la diversité, participent à la définition de la politique culturelle.Bilbao travaille en partenariat avec le secteur privé, la société civile et d’autres institutions pour faire en sorte que la culture et les espaces publics soient accessibles aux personnes handicapées. Par exemple, le théâtre Arriaga fournit aux aveugles des informations audio avec description audio, qui peuvent également bénéficier de programmes culturels en braille.

Culture et gouvernance

Bilbao dispose de trois outils : le leadership et la gouvernance pour établir des stratégies à long terme, le plan à moyen terme (engagements citoyens) et, aligné sur celui-ci, les budgets stratégiques qui assurent que les ressources économiques sont allouées aux secteurs prioritaires. Des valeurs telles que l’égalité, la durabilité sociale et environnementale, la solidarité, la transparence et la participation guident la gouvernance municipale. Bilbao procède systématiquement à une évaluation de l’impact culturel de ses programmes afin de procéder aux ajustements nécessaires et d’établir les lignes directrices qui garantissent la place centrale de la culture dans les politiques. En tant que membre de la Commission Culture de CGLU, Bilbao participe activement aux activités qu’elle promeut. Dans le domaine de la culture, elle a signé des accords avec Santander, Barcelone, Burdeos, Biarritz et Milan en vue d’échanger des expériences.

Get a publication